FAQS SUR CUBUSAN

Réponses aux questions fréquemment posées

1. FAQs sur la pièce

La hauteur d’installation idéale du CUBUSAN est comprise entre 1 et 2,5 mètres entre le sol et le niveau d’installation (bas de l’appareil). L’emplacement dans la pièce n’est pas aussi important, mais il est recommandé d’installer le CUBUSAN au milieu de la pièce à protéger, à condition que la distance de sécurité nécessaire d’1 m avec l’appareil puisse être garantie.

En raison du flux et de la diffusion du plasma dans l’air, chaque CUBUSAN placé dans une pièce d’un volume maximal de 120 m³ garantit une répartition uniforme des radicaux hydroxyles après 15 minutes environ. Toutefois, le CUBUSAN doit toujours être activé une heure avant que la pièce ne soit fréquentée par plusieurs personnes.

Oui, mais dans les pièces à haut plafond, c’est le cubage de la pièce qui détermine le nombre de CUBUSAN nécessaires – par exemple CUBUSAN CP-120 (volume de la pièce/120 m³ (arrondi) = nombre de CUBUSAN CP-120 nécessaires). Dans les pièces vastes et hautes équipées de dispositifs de ventilation/d’aération, la situation doit être évaluée individuellement et le fabricant doit être contacté.

Les ions/radicaux hydroxyles ont une durée d’activité pouvant atteindre une heure.

2. FAQS SUR LA SECURITE

Lorsqu’il est en marche, le CUBUSAN génère un très faible niveau d’ozone, situé toutefois bien en-deçà du niveau maximal autorisé. Cependant, pour des raisons de sécurité, les personnes qui se trouvent dans la pièce pendant une durée prolongée doivent conserver une distance minimale d’un mètre avec l’appareil. On s’assure ainsi que les faibles résidus d’ozone émis par le CUBUSAN sont dilués, de façon à ne représenter aucun danger pour l’humain et l’animal.

Non : les radicaux hydroxyles sont comme la « machine à laver » de notre atmosphère et sont mesurés en grande quantité, par ex. après une averse avec rayonnement solaire, ou après un orage. Le plasma froid atmosphérique produit par le CUBUSAN a déjà fait ses preuves depuis quelques années dans le traitement médical des plaies.

La membrane cellulaire des organismes supérieurs (appelés eucaryotes et regroupant les humains, les animaux et les plantes) est structurée différemment. Les radicaux hydroxyles n’ont donc quasiment aucun effet nocif sur les cellules eucaryotes et l’exposition de l’humain aux radicaux hydroxyles est considérée comme sans danger.

De l’ozone peut apparaître comme sous-produit pendant le fonctionnement de machines ou de moteurs électriques (comme un tambour de transfert dans une photocopieuse). Les valeurs mesurées directement à l’ouverture de soufflage supérieure du CUBUSAN sont comprises entre 0,01 et 0,04 ppm, ce qui est considéré comme très faible. À une distance d’1 m de l’appareil, l’ozone est tellement dilué qu’il ne peut même plus être mesuré. En Autriche et en Allemagne, la valeur limite moyenne d’exposition quotidienne par poste de travail est de 0,10 ppm.

La quantité d’oxyde d’azote (NOx) mesurée dans une pièce fermée avec un CUBUSAN qui tourne en continu est inférieure au seuil de mesure. La valeur limite maximale de l’UE est définie à 40 µg/m³.

Non. On observe une grande efficacité antimicrobienne, mais les radicaux hydroxyles ne sont en aucun cas nuisibles aux organismes supérieurs et aux humains. En revanche, ils se décomposent catalytiquement en eau par contact avec des cellules d’organismes supérieurs.

NON, le CUBUSAN doit être considéré comme un complément à l’ensemble des mesures d’hygiène. Naturellement, toutes les directives et exigences relatives à l’hygiène en vigueur dans les différents pays doivent continuer à être respectées. Il convient donc de continuer à tousser et éternuer dans un mouchoir, à se laver les mains, à garder ses distances, à aérer, etc.

3. FAQs sur le fonctionnement

Oui, quelle que soit leur mutation, les virus sont neutralisés par les radicaux hydroxyles.

Le germe Enterococcus faecium est recommandé par la DGHM (Société allemande d’hygiène et de microbiologie) pour les tests. Par ailleurs, il est utilisé depuis plusieurs dizaines d’année dans le secteur de l’analyse des désinfections, car il est nettement plus résistant que la plupart des bactéries et virus connus et qu’il est faiblement pathogène (dangereux) pour l’humain. Le germe de test Enterococcus faecium doit donc être considéré comme un représentant de tous les virus à enveloppe et bactéries des catégories A+B* du RKI (Institut Robert Koch, DE).

L’efficacité de 99,99 % ne peut être atteinte que par une température ambiante comprise entre 18 et 24 °C et une humidité relative de l’air de 30 à 60 %. L’humidité (relative) de l’air ne doit pas être inférieure à 10 % pour que des radicaux hydroxyles puissent se former en quantité suffisante. Le volume de la pièce ne doit pas excéder 120 m³/CUBUSAN.

Dans un air totalement sec, les réactions sont limitées, car une certaine quantité de vapeur d’eau est nécessaire à la formation des radicaux hydroxyles.

Avec sa technologie plasma STEREX, le CUBUSAN agit non seulement contre les virus à enveloppe* et les bactéries, mais aussi contre moisissures et les pollens. Il est donc un instrument très utile, et notamment aux personnes allergiques, pour améliorer la qualité de vie.

Oui, la technologie plasma STEREX a déjà fait ses preuves dans le secteur DRYTECH de WINTERSTEIGER, où elle permet de neutraliser les germes, mais aussi de réduire fortement, voire complètement les odeurs les plus dérangeantes en peu de temps.

Les radicaux hydroxyles présentent la particularité de désintégrer les hydrocarbures (par ex. acides gras) après un contact prolongé. Le CUBUSAN permet donc de neutraliser non seulement les odeurs et leur cause (dégagements de bactéries neutralisées par la technologie plasma STEREX), mais aussi les acides gras dans les aérosols.

Utilisée normalement dans les conditions prescrites, la source de plasma ne s’use pas.

Non, à condition que l’appareil soit utilisé conformément aux critères environnementaux prescrits.

NON, mais l’appareil doit être contrôlé après 25 000 heures de service, car la source de plasma risque d’être encrassée. Dans ce cas, elle doit être nettoyée par un spécialiste. Si l’appareil fonctionne 24 h/24, cette durée correspond à 3 ans environ. S’il est utilisé pendant des horaires de bureau habituels, il s’agit alors d’environ 7 ans.

Si l’appareil fait l’objet d’une utilisation différente de celle prescrite, par exemple dans un environnement très encrassé, infesté d’insectes, avec une humidité de l’air trop importante ou une quantité de poussière trop élevée, la puissance du plasma doit être contrôlée en permanence.